Rechercher

Macérât huileux de Bellis perennis

Dernière mise à jour : 14 avr. 2021

L’huile de Bellis perennis ou de pâquerette, raffermissant cutané naturel.


Les ingrédients :

Macérât de Bellis perennis ou pâquerette
  • des pâquerettes fraîchement cueillies

  • de l’huile d’amande douce ou de l’huile d’olive


Le matériel :

  • 2 pots en verre de même contenance

  • 1 flacon hermétique

  • 1 entonnoir

  • 1 tamis

  • 1 spatule en bois

  • de la gaze

  • 1 élastique


Le temps de séchage/macération : 3 semaines

La macération dure au minimum 3 semaines.


La recette :

  1. Au détour d’une balade ou dans votre jardin, récolter les fleurs de pâquerettes fraîches dans un pot en verre. De préférence, dans l’après-midi pour que le soleil ait eu le temps de sécher la rosée déposée sur les fleurs.

  2. Dépoussiérer les fleurs avec un petit pinceau afin d’éliminer les corps étrangers. En effet, il ne faut pas utiliser d’eau pour laver les fleurs, car une trop grande quantité d'humidité incorporée dans l'huile pourrait favoriser le rancissement du macérât.

  3. Disposer les fleurs nettoyées dans un pot en verre propre et sec.

  4. Ajouter l’huile choisie en veillant à immerger correctement les fleurs afin d’éviter qu’elles ne soient en contact avec l’air (et empêcher ainsi le rancissement).

  5. Homogénéiser le mélange avec une spatule en bois pour chasser les bulles d’air qui seraient éventuellement emprisonnées sous les pétales.

  6. Compléter avec de l’huile si certaines parties de fleurs dépassent encore de la surface.

  7. Placer ensuite la gaze tenue par un élastique sur le pot en verre, en guise de couvercle, afin de protéger le mélange des poussières extérieures. La gaze permet également au mélange de relâcher, dans l’air ambiant, l’accès d’eau contenu dans les fleurs et ainsi d'éviter le rancissement de l’huile.

  8. Stocker enfin le bocal dans un endroit à l’abri de la lumière du soleil direct et laisser macérer pendant au minimum trois semaines.

  9. Après les trois semaines de macération, il est temps de filtrer le macérât. Pour être sûr qu’il ne soit pas rance, sentir la surface du bocal. Si une odeur fleurie s’en dégage, alors tout est bon ! Par contre, si l’huile sent la moisissure, alors il va malheureusement falloir recommencer la recette. Si le macérât a rancit, il est sûrement nécessaire de déshydrater les pâquerettes avant leur incorporation dans l’huile. Pour ce faire, étaler les Bellis fraîches sur un torchon propre et les laisser sécher quelques jours à l’abri de la lumière.

  10. Se munir du flacon et y placer l’entonnoir surmonté du tamis.

  11. Verser le macérât dans le flacon à travers le tamis afin de récupérer le macérât huileux.

  12. Reboucher le flacon hermétiquement. Le macérât est maintenant prêt à être appliqué directement sur la peau ou à être incorporé dans une pommade.

Lors de l'application de l'huile sur la peau, j'utilise un flacon roll-on, ce qui permet de masser la peau et de stimuler la micro-circulation du visage. Cette année j’ai choisi l’huile d’amande douce pour réaliser mon macérât car c’est une huile qui sèche rapidement après application sur la peau.

L’huile de Bellis, qui a un effet tenseur, décongestionnant et cicatrisant peut également être appliquée sur la poitrine féminine, sur les parties du corps qui sont sujettes à la rétention d’eau ou les cicatrices (plaie refermée).


Attention, il ne faut pas s’exposer au soleil après avoir appliquer de l’huile sur la peau. Il est préférable de l’appliquer le soir, avant le coucher, afin que l’huile ait le temps de pénétrer dans la peau.


Galbe inattendu en perspective !

Pâquerette fraichement cueillies

0 commentaire

Posts récents

Voir tout